Prouille cartulaire Bonnet de Saissac

Testament de Bonet de Saint Amans Ramondens

Testament de Bonet de Saint Amans

 Une « fortune bourgeoise »

 24 décembre 1284 Bonet dit de Saint Amans, de Saissac, se fait Donat de Prouille; mais il stipule qu'il aura l'usufruit de ses biens, qu'il pourra continuer à vivre dans le monde et qu'il pourra disposer par testament de 50 livres tournois. Par une addition à cet acte en date du 21 septembre 1285 , il supprime ces restrictions , fait immédiatement entier  abandon de ses biens au couvent ; mais il donne un moulin à son neveu et se réserve toujours de pouvoir léguer 50 livres .

"Pour Bernard Godi, mon neveu actuellement absent je lui donne un moulin sis sur la rive de Vernasonne entre le moulin Cartalier et votre moulin. Pour ce moulin, Bernard mon neveu donne une poule au seigneur Lambert de Limoux, seigneur de Saissac, a la Noël."

 Voici la liste des biens que je lègue au monastère.

Deux maisons dans le castrum de Saissac, que j'ai en indivis avec Bernard de Saint Amans mon frère. L'une est entre la maison de Gerald de Barossa et celle de Pierre Arnaud. L'autre maison est entre celle de Bernard Maurel et celle de Pierre Selva  elle est libre et franche sans cens.

Un moulin sur la Vernassonne que j'ai en indivis avec mon frère Bernard au-dessus du moulin de Pons Riberia.

Deux vignes qui sont à moi uniquement l'une au fief de "Rascanhaco" confrontant de cers la propriété de Pierre de Na Verdala et d'autan la voie publique; l'autre située au lieu dit "Rocaboneli vel Ayrolla "touchant d'autan la voie publique et de cers la propriété de Bernard Altani.

Une autre vigne à Rascanhac à moitié avec mon frère et touchant de cers et d'autan aux chemins publics

Une vigne au lieu dit "ad Rocas Nazari" d'autan voisine de la propriété de Bernard Altani de cers la voie publique

Autre vigne au feudum de Rascanhac d'autan a coté de la voie publique de cers celle de Raymond de Podiosurano et la voie publique

Un pré au lieu dit "ad Combam" a coté de la propriété de Pierre de Verdala de cers "in ripparia"

Un pré au lieu dit "Valauria" d'autan a coté du bord de l'Alzau (Alsano) de cers la voie publique.

Un pré au lieu dit " Orta Felgosi" (Falgous) autan Pierre de Verdala cers voie publique.

Un jardin (ortum) au lieu dit "de Comba" autan voie publique cers in "gotina"

Un jardin au lieu dit "Comba" autan Guillaume Barta cers Raymond Escani

Je vous lègue tous mes biens mobiliers et immobiliers.
Toutes les vaches , les boeufs veaux et vedelles que j'ai dans votre domaine de Ramondens

La jument et son poulain que détient pour moi Guillaume Falgas

La dette de 16 livres tournois que me doit Raymond Fraxinus de Fraisse

La dette de 60 sous tournois que me doit Usalguerius de Saissac.

La dette de 100 sous tournois que me doivent les héritiers de maître Bernard de Podiosurano

Les deux boisseaux (modiorum)  et 4 setiers de froment que me doit Bernard Basteri de Vilaspino

Je donne tout le blé et le vin et tous les biens que je possède.

Cartulaire de Prouille  Fonds de Ramondens 1215 1322

445 Pierre de Castillon de Saissac , cède pour 500 sous Tolsas, à la maison de Prouille différents droits sur des biens sis dans le décimaire de Saint Ferréol au lieu dit Cascared . En retour le couvent reçoit Pierre de Castillon comme frère et l'admet à la participation des mérites du monastère.

"60 modiatas terrae ad frumentum d'isartz" 

Modius boisseau d'environ 8 litres servant surtout pour le blé = 15 setiers.

Frumentum d'isartz = blé semé sur défrichement

Prouille aura la douzième partie du blé, de la vendange et du foin.

Pierre donne 2 séterrées de terre a blé ad hortum (jardin) 2 ad pratum et 2 ad boscum.

Il donne trente "bestias grossas" et 300 moutons

Témoin Arnaud de Felgors de Saissac 2 mars 1215

446 Jourdain de Saissac donne au monastère toutes ses possessions dans les bois de Ramondens février 1256.  Bosco dictus " dels Raimondencs"

450 Arnaud Rebelle procureur de Prouille donne une partie de Ramondens en emphytéose à des saissagais .Bonet et Bernard de Saint Amans, Arnaud et Bernard Got, Arnaud Vituli (vedel)

Terres situées au bord de l'Alzau au lieu dit "ad Renout" seu "planum de Veyrimos" prés de la "gotino de Ramier" Les saissagais devront y faire des prés grâce aux eaux de l'Alzau et de la gotino de Ramier qu'ils devront capter et conduire pour arroser et irriguer les prés. ( Pré de Béteille sous Carrière, on y voir encore les traces de canaux d'irrigation au bord de l'Alzau)

Témoins Arnaud Belhome, Stéphanus Assio, de Saissac ..

 Noter Verdala notaire à Saissac de la famille Verdalle

 Pierre Voisin, Arnaud Pauc, Pons Veirier de Saissac  ont pris des glands dans la forêt.Guillaume Delchimal est entré dans la forêt avec ses vaches , Sancius de Castillon avec deux cochons et Bernard Barilier avec ses abeilles qu'il a placé dans une "soca" Ils sont condamnés à payer LX solidos tholosan .

 La Forêt de Ramondens

 Cette forêt est donnée par divers seigneurs aux religieuses de Prouille. 1256 Jourdain de Saissac donne toutes ses possessions. Le sénéchal de Toulouse lui donne ce que possédait le comte de Toulouse 1262. Arnaud de Grave copropriétaire de Ramondens finira par vendre aux religieux pour 1000 sous tolsas tout ce qu’il a, à Ramondens. 1270 Les époux Michel et Mardala de Montréal vendent pour 25 livres tournois la 40 e partie de la forêt de Ramondens Le cartulaire de Prouille, fonds de Ramondens, donne beaucoup de renseignements sur l’histoire d’une forêt de 1215 à 1322.Cette forêt est une « grange » Elle est gérée par un « Bayle » Il assure l’administration de la forêt, surveille les bénéfices de l’ordre et ceux des fondations charitablesA la demande de frère Guillaume Dechalabra granger (moine délégué représentant le monastère de Prouille)  de la forêt de Ramondens, le bayle de Ramondens Jordanus Majoris de Saissac, bannit de la forêt le forgeron Pierre Triandi On trouvait un « custodes nemori »  ou forestierum Garde forestier mentionné en 1308. Il assurait la garde de Ramondens.

Syndics et procureurs

Arnaud de Collo  syndic du monastère  Frère Raymond Sastre, procureur et syndic 1323

Un procureur était chargé de représenter le monastère dans diverses affaires, vendre, acheter, échanger, citer en justice, exiger le remboursement de grains ou d’argent etc..

Un syndic représentait Prouille, devant les juridictions. Il revendiquait les droits, réclamait l’attribution de sommes compensatrices de dommages, négociait avec les seigneurs et les représentants du roi

Justice

Les religieuses de Prouille possédaient la basse justice la haute justice est indivise avec le roi.

En 1330 on y érige des « fourches patibulaires » pour l’exercice des droits de haute justice.

Un juge y siégeait  1267 Sentences du juge de Ramondens condamnant plusieurs habitants de Saissac, assisté d’un procureur Arnaud Rebelle en 1261. Le juge magistrat de simple police, il connaissait les dommages commis aux récoltes, aux bâtiments, il fixait les amendes, Il avait à juger les menus larcins, les négligences dans le paiement des amendes, les coups et blessures etc.

Notaires

Un notaire rédigeait les actes Raymond Martin autrefois notaire public de Saissac écrit cette charte Johannes de Verdala notaire de Saissac étant décédé j'ai signé cette charte, mandaté par Maître Johannis, juge de la terre du seigneur Lambert. Pierre Roger notaire à Saissac est choisi comme notaire de Ramondens. En 1339 ce notaire y exerce la droit de « mérum imperium »

Donats

Les « Donats »  sont des particuliers, comme Bernard Manaria, Raymond Textori, Guillaume de Barossa de Saissac ou Bonet de saints Amans qui font des donations plus ou moins importantes au couvent. Cela va de la promesse d’une livre de cire au Noël à  la donation de biens importants, maisons, moulins etc. .. Ils seront inhumés dans le monastère.

 Jusqu’au XIe siècle la forêt continue à dominer le paysage, l’arbre est partout, en témoignent les noms de lieux d’origine sylvestre. Pour les hommes de cette époque, c’est un lieu de peur ; peur motivée par le danger des êtres réels ou imaginaires qui la hantent. ; bêtes sauvages, loups, sangliers, hommes sauvages et créatures imaginaires (loups-garou, ogres)

C’est aussi le monde du mystère et du merveilleux, elle est peuplée de fées, de génies, d’enchanteurs, de saurimondes. Le moyen âge chrétien conservera à la forêt son caractère sacré, aux enchanteurs succéderont les ermites et on verra se développer avec les Chartreux de la Loubatière, les cisterciens de Compagnes, une forme sylvestre de monachisme, c’est dans ces déserts forestiers que ces ordres religieux établiront leurs habitats. 

 Le fer et les forges

Connues dès l’époque gallo-romaine, des activités minières et métallurgiques vont continuer.

En 1147 Trencavel reçoit dix « martellas cum suis dretatulis » c’est à dire 10 gros marteaux avec les troncs permettant de les soulever et 10 ballones (soufflets)

Les cisterciens de Compagnes sont de remarquables producteurs de fer, ils ont même inventé l’arbre à cames, permettant d’utiliser la force motrice des eaux. A Ramondens des moulins sont signalés sur l’Alzeau

  Raymond Escande de Saissac achète une prise d'eau sur l'Alzau il donne à Prouille une "cartayroni" de fer chaque année a le Noël. Il a un tiers d'un moulin à saint Denis entre celui de Perroti et Jacobi Boyssha ce moulin est dans le fief de saint Denis le nord "in flumine  de Alsano" donc  tout près de l'Alzau.

 En 1289 Metge d’Escoussens bâtit dans la montagne « una molina à battre fer et una fargua per fendre peyra » On construit des fours bâtis largement au-dessus du sol ’(2 m environ) et dotés de dispositifs aptes à assurer convenablement l’aération (soufflets) et l’évacuation du laitier (marteaux hydrauliques)

Le 2 octobre 1300 le syndic de Prouille donne à bail aux frères Majou Jourdain et Bernard une pièce de terre près de la rivière Alzeau pour y construire une forge.

Lors du partage de Ramondens entre Prouille et Graves il est fait mention de taxe  sur les fers « ferrerium » Il y avait dans la forêt un ferrarium, mais sûrement de peu de valeur, aussi importe-t-on du minerai  Jean Régine vend pour un an en 1336 ses droits sur les minerais de la Caunette au prieur de Prouille pour 20 livres tournois.

On trouve dans la forêt plusieurs « fabricas » Il y avait une « fabricam ferreriam » une forge dont le forgeron Pierre Triadi est banni de la forêt par le bayle. On trouve un endroit dit "ad passum Fabricarum Berengeri de Goginchis". On trouve un lieu dit  "prope fabrica »

Des manuparius (manœuvres) y travaillent Jean Culhier manuparius in fabrica Guillaume Cabral frappe Raimond Faure manuparius in fabrica Pierre Faure

Les droits perçus sur Le fer « obrat ou à obrar sont du 1/17 de la quantité produite.

En 1338 le fer venu de la forêt voisine de la Loubatière se vend sur les marchés de Fontiers 78 quintaux par an et 25  è saint Denis.

 Le charbon lui était fait sur place en utilisant en particulier les hêtres. .

Godalfred charbonnier donna des coups avec une "lagena" (bouteille, cruche) sur la tête de Maître Hugues de Revel, et Michel de Revel tapa sur Godalfred avec une "picassa"  (hache)

Pierre Thomas de saint Denis charbonnier a frappé jusqu'au sang Guillaume Marti au lieu dit Alzanel près d'une charbonnière.. Tous deux avec leurs animaux étaient allés au lieu dit ad Javellum chercher du charbon pour l'apporter " ad fabricam ferreriam de Ramundenchis" à a charbonnière d'en Charras il avait mis le charbon dans des sacs. comme il n'y en avait pas assez pour faire une "saumata" (chargement de mulets) ils allèrent à une autre charbonnière que faisait Thomas son frère. Le développement de la métallurgie est freiné, par le manque de combustible, c’est donc la forêt qui supporte le poids de l’essor métallurgique, mais déjà amenuisée par les essartages, elle est incapable de satisfaire aux  demandes de la forge. 

 Il y avait même à Ramondens un « Furnum vitreum » c’est à dire une verrerie. qui elle aussi est une grosse consommatrice de bois ?

La forêt et donc surexploitée, la futaie disparaît aux profit des taillis exploités en rotations de 15 ou 20 ans.

 

Au tribunalde Ramondens

Le tribunal de Ramondens siégeait en audience publique « In porticu aule grangie de Ramundenchi » Avec un juge, un notaire enregistrait les dépositions, des témoins étaient convoqués.

 Amendes Vols de bois

Pons Guotina de Saissac paye 10 livres tournois pour avoir taillé du bois dans la forêt. Bernard Favier de Montolieu a coupé des arbres nommés "vaysshas" noisetiers au lieu "prope fabrica"  a coté de la fabrique (usine, forge) pro "bridolare" c'est a dire pour faire des "bridoules" mot encore utilisé par les vanniers , lamelles de noisetier pour faire les paniers.

Pierre Pauci a une amende de 15 sous tolsas pour avoir taillé plusieurs arbres appelés « Vaysshas » Bernard Stéphani a une amende de 10 sous pour avoir taillé une branche.

Pierre Voisin, Arnaud Pauc, Pons Veirier de Saissac  ont pris des glands dans la forêt

Pierre Franchi d’Escoussens a taillé 12 arbres « tam quercus quem besses » 60 sous.

Bernard Vitalis de Saissac a pris « quamdam furcham » 20 sous.

Bernard Cabayre de saint Denis a enlevé des « cercles » 30 sous.

Lautardi a coupé dans la forêts des « vaysshas »pour faire des « batonibus » 30 sous.

 Dépaissance de bétail

Arnaud Lerat est condamné à 60 sous, sa jument a été surprise paissant dans la forêt

Pierre Voisin, Arnaud Pauc, Guillaume Vitulli de Saissac ont pris des glands Guillaume Delchimal est entré dans la forêt avec ses vaches, Sancius de Castillon avec deux cochons et Bernard Barilier avec ses abeilles qu'il a placé dans une "soca" 60 sous d’amendes.

Barthélemy Gotina de Saissac paye 60 sous pour avoir envoyé paître dans les bois «  6 bêtes équines »  Raymond Clerc de Saissac 40 sous, il a eu ses bœufs et ses vaches surpris paissant à Ramondens. Pierre de Verdalle de Saissac a envoyé 2 bœufs paître à Ramondens

Pierre Sabatier de Dourgne a une amende de 60 sous pour avoir laissé paître ses cochons.

 

Pêche interdite Sicard Balaguer de Saissac et son fils Bonet doivent 100 truites au monastère pour avoir péché dans l'Alzau.

Vol de charbon.

Raymond Gayet doit payer 60 sous pour avoir enlevé sans le consentement du granger 2 sacs de charbon de bois. Bernard Borgonhoni de Saissac, a vendu du charbon 50 sous.

 

Coups et blessures

1312 Devant Arnaud Pitrelli, juge de Ramondens,,siégeant en audience publique « in porticu aule grangie de Ramondenchis, comparaissent Jean Godalfred et Jean Raulini de saint Denis accusés d’avoir blessé au sang Barthélemy de Janis d’Arfons, le premier reconnu coupable et condamné à une amende de 60 sous.

Barthélemy de Janis est également condamné à 60 sous.

1336 Pierre Thomas de saint Denis, charbonnier, qui au lieu-dit Alsanel surgit « gladio evaginato » l’épée à la main et en donne un grand coup sur la tête de Guillaume Marti, qui est tout ensanglanté. Marti avait dit à Thomas « à tot dia acenes » et l’avait frappé sur le dos avec un râteau, . Marti prit un petit morceau de « vayssha » et en donna un coup sur le « muselum »  C’est alors que Mari sortit son arme. Le frère de Guillaume Pierre Marti voyant celui-ci blessé s’écria « a trahor ay ma mort mo frayre » et lui lança un « cairal » qui le percuta « supra muselum » Un autre caillou le manqua, Pierre Marti prit alors un « baculo » battoir, et en donna un coup sir la tête de Thomas qui lui envoya un « cairal » qui le toucha  

 

Accords Lambert de Limoux miles dominus de Saxiacho 1291 permet aux religieuses de parquer leurs troupeaux en cas de neige ou de mauvais temps, sur son fief de "Abadia"

Lambert a le droit faire dépaître 80 vaches et leurs veaux, 20 chevaux et leurs poulains, 80 porcs, quand  il y aura des glands. Acte passé à Saissac, « in aula dicti Lamberti »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est par des oblats ou des donats et des ouvriers salariés qu’étaient exploités les biens du couvent. Dans la grange on trouvait officine, boulangerie, cuisine, cellier, ateliers de cordonnerie, couture, pharmacie, et sacristie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les ressources

Ce sont bien sur les donations des seigneurs et des particuliers.

Mais la forêt possède des revenus divers.

Partage de Ramondens entre Prouille et les frères De Graves.

Ramondens moitié a chacun .pour les droits de herbage, de taille, ademprivium, (enlèvement ?) de taxe sur les fers "ferrerium", sur les poissons, et les amendes pour chasse, pêche, forêstage, et les droits de justice et de ban..

 Les maisons édifiées par le monastère près de la source et de la rivière de Vernassonne

Jugement rendu par la cour de justice du monastère de Prouille et de Berenger de Grave, chevalier, copropriétaire des bois de Ramondens.

Sentence rendue dans la forêt de Ramondens en présence de Bérenger de Grave, et de Guillaume Vituli de Saissac, du seigneur Oton de Novellis militis et Bonet de saint Amans, Bernard de Vivo damoiseau et Bernard Cartalier Bernard d'en Hugues de Saissac et Godalfred charbonnier et Bernard Lasusa de Brousses et Pierre Barrau des Escoussens et Raymond Astruc junior de Montolieu et moi Arnaud Garin notaire des terres de Jourdain de Saissac. Pierre Bolharoti de Saissac notaire et Pierre Séguier notaire à Saissac qui a écrit cette charte. 487 Devant Arnaud Pitrelli, juge de Ramondens , siégeant en audience publique "in porticu aule grangie de Ramundenchis ubi jus reddi consuebit" comparaissent Jean Godalfredi et jean Raulini de saint Denis accusés d'avoir blessés au sang Barthélémy de Janis d'Arfons. Notaire Guillaume Bolharoti de Saissac avec son clerc Raimond Ademari.

 

 Pierre Vitali abandonne au monastère pour 15 livres tournois, une terre qu’il tenait de lui en emphytéose.

Jean Godalfredi est condamné à payer 60 sous tomsas pour avoir blessé jusqu’au sang Barthélémy de Janis d’Arfons.

Témoins Guillaume Hodini, Guillaume de la Garrigue, Arnaud Belhome, Stephane Assionis de Saissac. Pierre Roger notaire public de Ramondens et Saissac

456 Pierre et Arnaud de Grave fils de Berenger.

 

Limites fontaine du Fau (fajal ?) Sur la sanheria de Cironis.et la route. ( carrateram) four dit de Godafrez route viam jusqu'à Prat Audier a l'endroit dit "ad passum Fabricarum Berengeri de Goginchis". La limite suit le ruisseau de Prat Audier et la route jusqu'à Salessas et suit la route des Escoussens jusqu'à la source du Sor.. La partie sud est à Prouille et le nord aux frères de Grave.

459 Pons Guotina jeune de Saissac condamné pour avoir taillé du bois Notaire Pierre Bolaroti de Saissac

460

 473 Guillaume Barossa, Arnaud Lerat, Stephane Assio, et les héritiers de Bernard Gotina "mercatoribus" de Saissac

481 Pierre de Belfort, bajulus, bayle de Lambert de Thurey  a fait paître des troupeaux dans la forêt. Réglement sur la dépaissance. Lambert et son fils s'il en a un pourront faire paître et ademprare  80 vaches et leurs veaux, 20 chevaux et leurs poulains, 80 porcs quand il y aura des glands Actes passés à Saissac "in Aula dicti domini Lamberti"  Aula = cour d'une maison, résidence, palais, et non château.1307.
Témoins Pons de Castillon, camérier de l'église de Carcassonne, Hugueti Castelhone de Saissac

483 Réunion à la "grange" de Ramondens.

Cf La Colle propriété à Saissac ?

Lieu dit "petras albas " près du domaine de Lambert Abadiè ? Ou il y avait des chênes fief nommé "Sayshagues" a coté de Ramondens.Boscus Sayshagues. ?

Acte a Carcassonne "in hospicio domini Lamberti"

 Témoins Raymond de Mornis, Guillaume Calvet "Lapiscida" tailleurs de pierres de Saissac 1312

494 Jourdain de Ropistagno , coseigneur de La Gardiole et Dourgne a pour héritier le seigneur de Montredon et la Gardiole qui abandonne ses droits au monastère.1318 Parent de Jourdain ?

498 Délimitation des terres d'Arfons et de Ramondens. Bernard Roadel , Pierre Belhome et Barthélémy Camus de Saissac désignés par Ramondens pour vérifier les limites.

Arnaud Joris, miles précepteur d'Arfons. Aymeric de Thurey précepteur de saint Jean de Podio surano". Mise en place de "lapida" et de "bodula" ou de bodula lapidea.

Rivo de Gota Landric une borne mise près de l'endroit dit "Furnum vitreum"

Jean de Collo jurisperiti de Castelnaudary.

499 Jean de Collo juge de Ramondens Pierre Verdala de Saissac.

 500 26 mai 1321 Eustache de Levis et Béatrix de Thurey renoncent à leurs droits sur Ramondens. ainsi que Ysabelle de Levis leur fille.

504 Raymond Clerc de Saissac et Matfredus Martin de Bruniquel vachers du seigneur de Montfort.

sénéchal de Toulouse fixe sur plusieurs points de Ramondens les fleurs de lys signes de la sauvegarde royale.

523 Philippe VI mande à ses sénéchaux de Toulouse et Carcassonne, au châtelain de Montréal et au bayle de saint Denis  de défendre la forêt de Ramondens (ou il y avait eu des violences ?)

 

 

×